L’Entretien avec David Vasquez – l’art pour exister

Dans cette nouvelle édition de la rubrique “L’Entretien”, Art Work Circle a discuté avec l’artiste plasticien David Vasquez. L’occasion de parler d’inspiration et de parcours artistique. 

Présentez-vous en quelques mots : 

Je suis d’origine péruvienne et j’ai été adopté. J’ai fait des études dans l’éducation, dans le milieu social. Je consacre mon temps libre à la création artistique et au sport.

Quand et comment êtes-vous entré en contact avec l’art ?

Dès l’enfance, je dessine depuis que je suis petit, comme tous les enfants, des châteaux, des choses comme ça… Depuis je n’ai jamais arrêté de dessiner, je dessinais tout le temps et partout. C’est ma mère adoptive qui a encouragé mon chemin artistique.

Parlez-nous de votre parcours artistique ?

Ma première exposition était à la “Galleria Leukos” à Bastogne ou j’étais un des lauréats, c’est eux qui m’ont donné la possibilité d’exposer. Par la suite, j’ai participé à différents concours d’art comme la “JUKOWO” organisé par la commune de Differdange et au Salon International de Peinture et Sculpture d’Audun-le-Tiche. Quelques années plus tard j’ai pu participer a différentes expositions au Luxembourg, ainsi qu’à Berlin à la Urban Spree Galerie pour les “Berlin Graphic Days”.

Ou trouvez-vous votre inspiration ?

Lors des rencontres avec mes propres origines et de mes émotions. Je m’inspire aussi des différentes textures qu’on trouve dans la nature, la terre, les paysages mais aussi les rues, les vieux bâtiments, je m’inspire également du Streetart. Sur mes toiles je reprends ces textures, qui en se superposant, deviennent fragiles. Cet aspect me représente bien !

Quels messages/émotions souhaitez-vous transmettre à travers vos oeuvres ?

La joie. La persévérance, il ne faut jamais abandonner ses rêves ! J’essaye aussi de transmettre mes racines d’Amérique latine. Il y aussi une dimension méditative et spirituelle qui ressort de mes oeuvres et qui me permet de me sentir bien.

Avez-vous un souvenir de création que vous aimeriez partager ?

Pour le Salon d’art contemporain au Théâtre d’Esch-sur-Alzette en 2016, j’avais crée trois toiles, structurées avec de la peinture acrylique et du collage. C’est un souvenir particulier car j’avais été sélectionné pour participer, et un catalogue avec tous les artistes exposants, avait été fait pour l’occasion, c’était la première fois pour moi.

Si vous deviez choisir une oeuvre dont vous êtes le plus fier ? Pourquoi ?

Une des dernières « Sky and Sea » est celle qui me plait le plus et j’ai beaucoup de retour positif dessus. Elle me correspond particulièrement car il y a beaucoup de matière, de doré et c’est aussi une des œuvres qui m’a pris le plus de temps. J’ai travaillé dessus pendant presque trois mois.

Quels sont vos futurs projets ?

Je reste très ouvert. J’aimerais éventuellement faire des sculptures ou des installations et encore plus montrer mes toiles au public, car mes peintures sont belles en photo mais j’ai la sensation qu’elles doivent être montrées pour transmettre une réelle émotion. J’aimerai aussi exposer davantage avec d’autres artistes luxembourgeois ainsi qu’à l’étranger. A l’occasion j’aimerais aussi organiser des expositions avec d’autres artistes comme j’ai déjà pu le faire avec Madame Noemi Salas, de “L’institut Culturel Luxembourgeois Péruvien”.

  • Quelle est la première chose que vous avez fait ce matin ? J’ai regardé mon téléphone 
  • Quel est le sujet principal de votre travail en un mot ? Liberté 
  • Vous ne quitteriez jamais votre domicile sans… Mes clés 
  • Votre “happy place” ? La maison de ma mère
  • Votre mot préféré ? “Namasté”
  • Votre plaisir coupable ? Le chocolat
  • Quel est votre projet rêvé ? Faire une exposition individuelle aux Etats Unis