De l’art pour guérir – Art2Cure à la BIL

De l’art pour guérir

Vernissage de l’exposition à la BIL et interview avec Art2Cure

Philippe Lamesch et Gilles Weidig (Art2Cure), Didier Damiani (Art Work Circle).

Contributeurs Interview : AWC Photos : Mike Zenari /AWC

Samedi 25 juin a eu lieu le vernissage de l’exposition Art2Cure à la Galerie L’indépendance de la BIL, exposition à laquelle des artistes d’Art Work Circle participent actuellement. À l’instar de la première exposition inaugurale d’Art2Cure (ayant eu lieu l’année dernière à la Kulturfabrik à Esch-sur-Alzette), l’objectif de cette initiative lancée par le Luxembourg Centre for Systems Biomedicine (LCSB) de l’Université du Luxembourg, est de collecter des fonds qui seront reversés à la recherche sur les maladies neurodégénératives. Art Work Circle, dont certains artistes de sa plateforme participent à cette exposition, a rencontré les organisateurs de l’exposition et initiateurs d’Art2Cure, Philippe Lamesch et Gilles Weidig, pour en savoir plus sur ce projet. Bonjour, quelle est l’histoire d’Art2Cure ? Gilles Weidig : Dans le cadre de son travail au LCSB de L’Université du Luxembourg, Philippe Lamesch travaille sur des missions de fundraising. Un jour, il a eu l’idée de lancer Art2Cure et de proposer des expositions d’art, dont les fonds récoltés à partir des ventes des œuvres d’art sont ensuite reversés à la recherche. Quels sont les principaux objectifs d’Art2Cure ? Philippe Lamesch : Il y en a deux. C’est d’une part, de promouvoir le LCSB et la recherche sur les maladies neurodégénératives, car nous nous sommes rendu compte que les Luxembourgeois ne sont pas bien informés de nos activités, ni de l’envergure que représente la recherche aujourd’hui au Luxembourg. Il faut savoir que près de 250 chercheurs venant du monde entier travaillent à Esch-Belval et font de la recherche sur les maladies neurodégénératives. Le second objectif d’Art2Cure est de lever des fonds pour soutenir des projets qui en ont besoin. Est-ce que cela a été facile de convaincre les artistes de participer ? Gilles Weidig : Absolument, tous les artistes que nous avons rencontré et invité à participer ont souhaité collaborer, et cela déjà pour notre première exposition à la KuFa l’année dernière à Esch. Aujourd’hui, à la BIL, c’est un très bel espace d’exposition et plus grand, ce qui a mon sens a également séduit les artistes en vue de participer. Quel est le pourcentage reversé à la recherche lors d’une vente d’œuvre d’art ? Philippe Lamesch : La plus grande partie du revenu, c’est-à-dire 70 % du prix de vente.

Faites-vous un choix d’artistes pour les expositions ? Gilles Weidig : Oui, mais nos critères de sélection restent simples : nous souhaitons recevoir des œuvres d’art de bonne qualité et de présenter une belle exposition. Nous sommes également vigilants à l’homogénéité de l’ensemble des propositions. Etant donné que la demande augmente, nous pensons à créer prochainement un comité de sélection des artistes. Philippe Lamesch : Nous ne recherchons pas nécessairement des artistes sortis de grandes académies d’art. Ce qui est important pour nous, est que les artistes aient déjà une histoire, avec un historique d’expositions, que ce soit dans des galeries, des expositions collectives, et surtout qu’ils rendent leur travail visible régulièrement. Gilles Weidig : Nous aimons également l’idée de promouvoir les artistes, car c’est important de leur donner une chance, surtout les moins connus et de leur permettre d’accéder à une visibilité pour se montrer et pourquoi pas, entrer dans des galeries. Philippe Lamesch, vous êtes vous-même artiste. Pourriez-vous nous expliquer votre travail ? Philippe Lamesch : Je suis graveur et je réalise principalement des gravures sur cuivre. Cela fait une dizaine d’années que j’exerce cette activité artistique, toujours en parallèle à la recherche dans le domaine biomédical. J’ai commencé par des cours du soir à la School of the Museum of Fine Arts de Boston. En fait, j’ai toujours associé l’art et la recherche dans ma vie. Les deux œuvres que vous voyez dans l’exposition sont des gravures réalisées à partir de compositions de collages gravés et de dessin. Le collage est réalisé grâce à une technique de presse. De cette façon, toutes les pièces assemblées donnent une profondeur à l’ensemble. Quelle est la prochaine étape pour Art2Cure ? Philippe Lamesch et Gilles Weidig: La troisième édition d’Art2Cure. Cela devrait se diriger dans cette voie. Peut-être pourrons-nous faire une exposition encore plus grande et y intégrer des artistes internationaux. En tout cas, suite au succès de la présente édition, nous tenons à remercier les artistes pour leur participation et bien sûr la BIL pour son soutien au projet.

Exposition du 25 juin au 2 septembre 2016. Ouvert au public du lundi au vendredi de 8 h à 18 h. Galerie L’Indépendance, Banque Internationale à Luxembourg (BIL), 69 route d’Esch, L-1470 Luxembourg. Parking disponible sur place. Artistes : Jhemp Bastin, Fernand Bertemes, Sandra Biewers, Michel Bresson, Etienne Cail, Christian Frantzen, Danielle Grosbusch, Miikka Heinonen, Belen Irazola, Thomas Iser, Théid Johanns, Frank Jons, Philippe Lamesch, Sandra Lieners, Isabelle Lutz, Françoise Nugues, Jo Peters, Martine Pinnel, Roland Quetsch, Sergio Sardelli, Sarah Schleich, Stick, Sumo, Nico Thurm, ToiToi, Joachim Van der Vlugt, Wouter Van der Vlugt, Etienne Viard.