Biographie

Berthe Lutgen est née le 12 octobre 1935 à Esch-sur-Alzette. À partir de 1959 et jusqu’en 1961, elle fréquente l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts à Paris (ENSBA). Puis, elle décide de continuer sa formation en Allemagne, à la Kunstakademie de Munich, pour ensuite aller à la très réputée Académie des Beaux-Arts de Düsseldorf, jusqu’en 1976. Elle termine sa formation à Bonn à la Rheinische Friedrich-Willems-Universität, de 1978 à 1979. Berthe Lutgen est cofondatrice du groupe d’artistes Arbeitsgruppe Kunst en 1968 et du « Groupe de Recherche d’Art Politique » (GRAP). En 1971, elle crée le « Mouvement de Libération des Femmes » (MLF) à Luxembourg et de 1979 à 1996, elle enseigne l’éducation artistique à Luxembourg.

Parcours

  • 1971
    • Crée le « Mouvement de Libération des Femmes » (MLF) à Luxembourg
  • 1968
    • Cofondatrice du groupe d’artistes « Arbeitsgruppe Kunst » et du « Groupe de Recherche d’Art Politique » (GRAP)

Expositions collectives, salons :

  • 2015 :
    • exposition de groupe « Je est un(e) autre » Cercle Cité, Luxembourg
    • exposition de groupe, Galerie La Capitale, Paris
  • 2010 :
    • exposition de groupe « Reflets d’artistes », Galerie op der Kap, Capellen
  • 2009 :
    • exposition de groupe « The Messenger », Galerie Toxic, Luxembourg
    • exposition de groupe « Face à Face : La Fonction publique et l’art luxembourgeois »,Abbaye de Neumünster
  • 2008 :
    • exposition de groupe « DISSIDENCES Ronderëm 68 », Kulturfabrik, Esch-sur-Alzette
  • 2007 :
    • exposition de groupe, Galerie Toxic, Luxembourg
  • 2006 :
    • exposition de groupe, Galerie La Capitale, Paris
  • 1985 :
    • participation à l’exposition « L’autoportrait dans la peinture luxembourgeoise »,Villa Vauban, Luxembourg et Stuttgart
  • 1982 :
    • participation à l’exposition « La Femme dans la peinture luxembourgeoise »,Villa Vauban, Luxembourg
  • 1979 :
    • participation à l’exposition « Stellungnahme », Galerie Municipale Esch-sur-Alzette
  • 1969 :
    • exposition « Initiative 69 » participation à des œuvres communes, Hall Victor Hugo,Luxembourg
    • participation à l’exposition « Eiffel-Ardennen », Prüm
    • participation à l’action « Strassenmalerei », Luxembourg
  • 1968 :
    • exposition de groupe « Situation 1968 de l’Art Moderne au Luxembourg »
  • 1963 :
    • exposition de groupe, Cercle Artistique, Luxembourg
  • 1962 :
    • exposition de groupe, Cercle Artistique, Luxembourg

 

Expositions personnelles : 

  • 2015 :
    • exposition individuelle, Kulturhaus, Niederanven
  • 2014 :
    • exposition individuelle « Zeitgeschehen », Galerie Toxic, Luxembourg
  • 2013 :
    • exposition individuelle, Galerie La Capitale, Paris
  • 2012 :
    • Action Affiche « Codex Aureus Epternacensis Reloaded » sur colonnes de la ville de Luxembourg
  • 2011 :
    • exposition individuelle « Who Is Afraid Of Painting ? », Galerie Toxic, Luxembourg
  • 2008 :
    • exposition individuelle « Regard de Femme », Galerie Toxic, Luxembourg
    • exposition individuelle, Galerie La Capitale, Paris
  • 2004 :
    • exposition individuelle, Galerie Schortgen, Luxembourg
  • 2001 :
    • exposition individuelle « Sélection d’œuvres des différentes périodes de travail », Galerie d’Art du Théâtre d’Esch-sur-Alzette
  • 1969 :
    • exposition « Initiative 69 » exposition individuelle et participation à des œuvres communes, Hall Victor Hugo, Luxembourg
  • 1968 :
    • exposition individuelle et participation à un Happening à l’ouverture du « Salon1968 » du Cercle Artistique de Luxembourg
  • 1968 :
    • exposition individuelle, Galerie Gabriel, Mannheim
  • 1967 :
    • exposition individuelle, Galerie Interart, Luxembourg
  • 1965 :
    • exposition individuelle, Galerie Horn, Luxembourg

Bibliographie :

  • 2014
    • Faire Face, Berthe Lutgen, éditions ultimomondo
  • 2013
    • Catalogue : Berthe Lutgen
  • 2012
    • Das Gespenst des Feminismus, Frauenbewegung in Luxemburg, Herausgeber Sonja Kmec in Zusammenarbeit mit dem Cid-femmes. Jonas Verlag, Marburg
  • 2011
    • Arts et lettres no 2, Institut Grand-Ducal Luxembourg, Editions Saint-Paul
  • 2010
    • Not the girl you are looking for, Melusina rediscovered; Cid-femmes, Editions Schortgen
  • 2009
    • Catalogue : face à face, la fonction publique et l’art luxembourgeois, Centre Culturel de Rencontre Abbaye de Neumünster, Edit.CGFP, Luxembourg
  • 2008
    • Catalogue : Exposition individuelle, Galerie Toxic, Luxembourg
    • Catalogue : Exposition individuelle, Galerie La Capitale, Paris
    • Dissidences Ronderem 68. Iwwert 20 Joer engagéiert Grafik zu Lëtzebuerg, Kulturfabrik, Impression : Kremer-Müller, Esch/Alzette
  • 2006
    • L’art au Luxembourg de la Renaissance au début du XXIe siècle, Editions Schortgen
  • 1999
    • Luxart, Lexikon Luxemburger Künstler, Herausgeber Maria M.Burghagen
  • 1988
    • Die Neue Frauenbewegung in Luxemburg oder: Die Entstehung des MLF « forum nr 103 », Danni Hoenen
  • 1987
    • Regard sur deux siècles de création et d’éducation artistiques APEA, Imprimerie Saint-Paul, Luxembourg
  • 1985
    • Catalogue : L’autoportrait dans la peinture luxembourgeoise, Villa Vauban, Luxembourg
  • 1983
    • Cent ans d’art luxembourgeois 1893-1993, Edit. Cercle Artistique de Luxembourg, Luxembourg
  • 1982
    • Catalogue : La Femme dans la peinture luxembourgeoise, Villa Vauban, Luxembourg
  • 1969
    • Katalog: Initiative 69, Herausgeber: Arbeitsgruppe Kunst, Luxemburg
  • 1968
    • Catalogue : Salon 1968 du Cercle Artistique de Luxembourg, Luxembourg
  • 1966
    • Doppelpunkt: Situation der bildenden Kunst in Luxemburg, Herausgeber: Cornel Meder & Jos. Weydert, Vertrieb: Kremer-Müller, Esch-Alzette
  • 1963
    • Catalogue : Exposition Nationale et Internationale d’Art Contemporain, Salon 1963 du Cercle Artistique de Luxembourg, Editeur : Luxemburger Wort
  • 1962
    • Catalogue : Salon 1962 du Cercle Artistique de Luxembourg, Luxembourg

 

Critiques :

  • Ajoutons-y dans la foulée un savoir-faire une figuration, représentation de la figure, de la forme extérieure d’un corps, qui sied, qui est au juste. Bien sûr que le premier objet de l’attention de notre artiste, du regard de Berthe Lutgen, est la femme, dans sa place, dans son rôle dans la société. De l’autoportrait de jadis au grand tableau synoptique d’aujourd’hui, ou mur éclaté, dans ses multiples éclats, d’images, de textes, puzzle qu’il appartient au visiteur de recomposer, il y a de quoi faire sa propre idée de la condition féminine. Cet art, dans cet ordre d’idées, est bien un art engagé, politique, il l’est très librement, dans un exercice parfaitement maîtrisé de ses moyens. Lucien Kayser, Triple regard de femme Lëtzebuerger Land, 09.05.2008
  • C’est le drame d’être femme qui est au centre de ses intérêts, qui occupe son champ d’investigation artistique depuis toujours. Son expression hétérogène, qui évolue au fil du temps, se réfère à un contenu tantôt explicite tantôt voilé, allusif, invitant ainsi à une lecture « ouverte » de l’oeuvre d’art, stratégie à laquelle nous avaient déjà habitués les avant-gardes historiques. Jos. Boggiani, Un art au service de la cause féminine kulturissimo, 10.7.2008
  • L’artiste luxembourgeoise Berthe Lutgen poursuit une carrière discrète mais toujours en droite ligne de ses premiers travaux. Féminisme et humanisme sont au coeur de sa création. France Clarinval, Le Quotidien, 29.12.2009
  • Berthe Lutgen n’impose rien mais bouscule beaucoup. Les clichés et les tabous ; les regards et les pensées ; les souffrances et les injustices. Helene Nicol, « Réalité pluri-elle », LEJEUDI, 15.12.2011
  • Pouvoir contre pouvoir, voilà l’enjeu. Du moins par les moyens de l’art à faire prendre conscience des positions idéologiques de celui qui nous gouverne, appareils idéologiques d’Etat disait Althusser, mais cela va bien au-delà des Etats, bien faiblissants ces jours-ci ; et les contester dans la mesure du possible. Lucien Kayser, « Ce que peut la peinture », Lëtzebuerger Land, 23.12.2011
  • Nous sommes aussitôt happés par des images à la violence directe pour certaines, et pour d’autres dans une dénonciation douce et intelligente, toute en détournement de nos images pieuses, pour enfin dire ce qui pourrait museler les femmes. Rencontrer Berthe Lutgen redonne espoir en la vie, puisqu’elle est vigilance au cœur du monde. Son œuvre est sans concession, et pourtant elle ne nous malmène pas, c’est ce qui fait sa force. Comme si nous étions amenés avec une telle évidence, au travers de ses œuvres, à enfin ouvrir les yeux, et formuler ce que le regard n’arrête pas de saisir et de soupeser : la gravité d’être une femme. Tout cela dans des couleurs vives, et pourrait-on dire joyeuses, car la vie, n’est-elle pas faite d’espoir ? Clotilde Escalle, Paris, « Une œuvre en éveil » (Exposition de Berthe Lutgen à la galerie La Capitale, Paris) Tageblatt, le 22.5.2013
  • ...Ses œuvres sont d’implacables constats de notre monde en déliquescence. Elle dénonce, met le doigt là où ça fait mal, n’est jamais dans le consensuel lorsqu’elle traite des femmes battues, des dommages collatéraux des guerres et les cohortes des victimes civiles innocentes qui en découlent. Fort, son art est extrêmement fort. Il peut déranger, mais nous en impose par sa nécessité. Nathalie Becker, « Une artiste perméable à l’actualité », Luxemburger Wort, 11.12.2014
  • …La réalité a été préalablement décortiquée, disséquée dans un processus sémiotique complexe où se mêlent renvois ironiques ou simplement allusifs et citations iconographiques réinterprétées, sinon détournées, dans le but de dévoiler le caractère hypocrite, mensonger voire liberticide du Pouvoir et de ses codes de comportement. Jos Boggiani, « L’art de faire face toujours et encore » kulturissimo, 11.12.2014
  • …Le livre paru à l’occasion (du vernissage à la Galerie Toxic), témoigne des luttes de Berthe Lutgen, avec les moyens d’un art parfaitement maîtrisé, nourri d’une connaissance approfondie de l’histoire de l’art ; il faut parcourir les étapes d’une vie, d’un engagement, qui ne se sont jamais reniés. Cela dans une mise en page de belle rigueur, sans la moindre esbroufe (elle serait déplacée quand trop de choses sérieuses sont en jeu) Lucien Kayser, « Un potentiel d’indignation » Lëtzebuerger Land, 14.11.2014
  • …L’intelligence du propos et la force de son art socio-politique feront du peintre une personnalité remarquable dans l’histoire de l’art luxembourgeois. Avec la maturité, l’artiste est devenue une lanceuse d’alertes…Nous avions découvert en 2014 dans une exposition que lui a consacrée la galerie Toxic à Luxembourg, des toiles mêlant collages, huiles et acryliques qui nous ont ébaudi. Par exemple, celle intitulée « Les spectateurs », nous montre un groupe de personnes de dos, dans la rue, regardant un mur non pas constellé d’affiches comme il se doit, mais de coupures et de Unes de journaux toutes datées de l’été et de l’automne 2013. L’esthétique nous évoque vigoureusement « la figuration narrative » laquelle était dans la France des trois glorieuses, une revendication hautement militante. Les personnages de Berthe Lutgen face à ce mur aux « nouvelles et aux actualités » sont tels des spectateurs qui assistent impuissants aux crises politiques, aux conflits sanglants, aux génocides. Ils sont hiératiques, comme tétanisés devant ce théâtre de grand Guignol qu’est devenu notre monde…Nathalie Becker, « La Collection Luxembourgeoise du Musée National d’Histoire et d’Art Berthe Lutgen Au nom des femmes » Ville de Luxembourg « ons stad Nr 109 2015 »

Galerie

Art Scene